À PROPOS

La Naissance du Minotaure 

L’univers artistique, présenté ici, n’est pas sans évoquer ce qui pour «Georges Bataille, dans le thème du Minotaure, situait la naissance de l’homme à partir de l’animalité. Il existe pour Bataille un lien profond entre les deux. Pour lui, afin de retrouver son caractère sacré l’homme devait replonger dans l’animalité. Il se parait alors du prestige que procure l’innocence de la bête.»

Le travail photographique que Le Minotaure réalise, puise ses sources aussi bien dans l’univers de l’anthropologie, de la psychanalyse, que du fantastique ou du magique.

Chaque séance de travail, est vécue comme un rituel dont l’alchimie de la mise en scène relève d’un travail inconscient mené par l’artiste. Il glane et collecte des éléments de décors, de costumes ou s’affaire à la recherche de lieux dont l’esthétique transcende l’imagerie érotique ou pornographique ordinaire. Les corps ainsi vêtus de ces oripeaux sont projetés dans des espaces magiques et offre cette transgression crue de notre regard sur le corps.

“Le Minotaure nous ramène au plus profond de nos sensations érotiques, plongeant dans l’onirisme et dans ce qui inconsciemment nous rapproche des grands archétypes.”

Les créations photographiques s’orientent autour d’un tableau central auquel viennent s’ajouter des séquences de prises de vue de portrait, de performances ou d’objets magiques. L’élaboration de ces prises de vue s’ancre dans une technique photographique qui utilise la chambre numérique. Les flous caractéristiques de la chambre, le vignettage, ou les déformations des corps ne sont pas sans rappeler ces portraits qui ont formé la collection d’images qu’ont pu ramener, d’autres lointains, les anthropologues.

Il va sans dire que si l’exotisme et les références aux cultures extra-occidentales qu’emprunte Le Minotaure font appel à ce qui structure notre psyché, elles font par ailleurs jaillir une myriade de formes symboliques.

Aux confins de l’imaginaire et des représentations, ses photographies évoquent la possible existence d’images primordiales dans notre sexualité, dans nos désirs.